En mars c’est le temps des sucres!

, , , , , ,

Cabane a sucre Québec

 

 

La cabane à sucre fait partie du folklore canadien. Au mois de mars, quand la sève commence à monter dans les arbres et que les rayons du soleil se font plus caressants, nos racines campagnardes remontent à la surface et nous voulons tous aller à la cabane… On en a même fait une chanson «En toboggan allons à la cabane», que vous pouvez entendre ici. Ça vaut le coup!

Aller à la cabane à sucre est une véritable plongée dans le folklore. La musique, les costumes, la nourriture, la tire sur la neige, tout nous ramène «dans l’bon vieux temps» comme on dit ici. Bien sûr, la modernité s’est aussi invitée dans certaines cabanes où le feu de foyer «écologique» a remplacé l’âtre de pierre. Il s’en trouve encore, toutefois, de bonnes vieilles cabanes, dont le secret se partage de bouche-à-oreilles.

 

 

 

Sirop d'érable

Dès que l’on pénètre dans la «cabane», qui peut être en bois, rustique, où de tout autre matériau, on est emporté par la musique du «violonneux» qui fait swinger la compagnie. Les reels s’enchaînent alors que l’on présente les plats. En entrée, on sert la fameuse soupe aux pois, puis l’omelette, le jambon, les fèves au lard, les oreilles de crisse et les crêpes, au dessert. Le tout généreusement arrosé de sirop, souvent produit sur place. Les oreilles de crisse??? Ce sont des bouts de couenne de lard séchées et salées. Ça crisse sous la dent, ce qui explique sans doute le nom de cette «gâterie» que l’on ne retrouve qu’à la cabane durant le temps des sucres. Et puis il y a la très populaire tire sur la neige, sans laquelle une sortie à la cabane n’est pas complète.

Partout, dans toutes les cabanes, on retrouve des activités traditionnelles comme la balade en carriole tirée par un cheval, qui déambule dans la forêt d’érables, où sont souvent accrochés aux arbres des sceaux servant à recueillir la précieuse sève d’érable.

Erable avec sceau de récupération

Autrefois, on retrouvait beaucoup de cabanes traditionnelles où l’on bouillait la sève pour en faire du sirop sur place. Il en reste quelques-unes, réparties ça et là, et il faut souvent être dans le secret pour les découvrir. Il y a toute sorte de cabanes. Vous en trouverez une vaste sélection, dans le site Web Les cabanes à sucre du Québec. Il ne faut pas oublier qu’on en trouve aussi ailleurs au Canada, en Ontario notamment; elles ne sont pas répertoriées comme au Québec, mais vous pouvez en découvrir quelques-unes ici.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *